« Structure de la Terre » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior. Il affirme que la Terre est pleine et qu'elle « était entièrement fondue » au début de son histoire, à cause du léger aplatissement au niveau des pôles. « Certaines ondes produites lors d’un séisme se déplacent en profondeur et fournissent des renseignements sur la structure interne de la Terre. La partie plastique du manteau supérieur est appelée « asthénosphère »1. •Les éléments les plus lourds, comme le Fer et le Nickel ont été attirés vers le centre pour former le noyau. Il pense que la croûte, brisée, a formé les reliefs et laissé passer l'eau, formant les océans, et que sous la croûte, la Terre est creuse7. Le noyau, au centre de la Terre, forme 17 % 17 % du volume terrestre. L’examen attentif des courbes du temps mis selon la distance parcourue par les ondes permet alors d'évaluer le contenu de la Terre : une onde ira plus lentement dans un matériau plus mou (densité plus faible), et plus rapidement dans un matériau plus dur (densité plus élevée). Par Vikidia, l’encyclopédie pour les jeunes, qui explique aux enfants et à ceux qui veulent une présentation simple d'un sujet. Différentes observations laissent entendre que le noyau interne serait en mouvement. La Naissance de la Terre •À sa naissance, la Terre était liquide. Le noyau externe est séparé du manteau, la couche supérieure, par la discontinuité de Gutenberg, à 2885 km sous la surface 3. Mais plus c'est profond, moins c'est précis. Cette croûte brisée a formé les reliefs et laissé passer l’eau venant des profondeurs qui a formé les mers et les océans. nécessaire], du fer métallique et de l’enstatite, un silicate de magnésium (MgSiO3) extrêmement fréquent dans le manteau terrestre. Mais au milieu du XVIIe siècle un foisonnement d’idées nouvelles apparaît. Globalement, la température s'élève avec la proximité au centre de la Terre. D’autres, comme la chondrite d’Indarch[réf. / manteau). Il est à noter que les ondes étudiées dans la tomographie sismique sont les ondes de fond qui parcourent le globe terrestre dans toutes les directions. Ces mouvements sont apparemment compatibles avec ce que nous connaissons du champ électromagnétique terrestre. Celui-ci est peu important par rapport aux aimants industriels, mais est suffisant pour dévier l’aiguille d'une boussole et protéger en partie la surface terrestre de rayons cosmiques, comme ceux des vents solaires, qui perturberaient sinon les appareils électroniques. nécessaire], Noyau externeNoyau interneCentre de la Terre. Le noyau externe (8) est liquide. Il est formé essentiellement de roches telles que la péridotite. La surface externe de la Terre est sa croûte; une coquille extérieure froide, mince et fragile faite de roche. Jusqu’à Copernic cette vision évoluera peu. Learn vocabulary, terms, and more with flashcards, games, and other study tools. Au centre de la Terre, on trouve le noyau interne, aussi appelé « graine », qui est apparemment solide, même si ce n'est pas tout à fait certain5. La connaissance de la structure interne de Mars pourrait paraître être un exercice purement académique, du moins jusqu'à ce que l'on compare la planète rouge à la Terre. Heat Transfer during the Evolution of Regions of Thickened Continental Crust ». La température y atteint 5 500 °C6 et la pression y est très forte, ce qui explique qu'il ne soit pas liquide malgré la température qui y règne. À la fin du XVIIe et au cours du XVIIIe siècle, une grande quantité d’hypothèses sont émises. Sa nature exacte reste sujette à discussion. L'asthénosphère (12) est la zone en dessous de la lithosphère. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La Structure de la Terre Les tremblements de terre émettent des ondes qui se propagent dans toutes les directions à l‛intérieur de la Terre. Dans les faits, en 1956 au Gouffre Berger, dans le massif du Vercors (Isère) la profondeur symbolique de –1 000 mètres est atteinte pour la première fois. Dans la vie de la Terre, il s’est même inversé des centaines de fois, pour des raisons encore méconnues, mais qui occupent une recherche active. - le noyau externe - le noyau interne ou graine. John Woodward et Thomas Burnet proposent une Terre ayant été composée d’un mélange fluide qui s’est déposé par gravité au cours du temps. Les mineurs y côtoient quotidiennement le phénomène d’élévation de la température qui dès le XVIIIe siècle influera sur les hypothèses d’un globe au cœur en fusion. En 1912, cette limite est déplacée à l'aide des études sismologique qu'on commence à effectuer à l'époque. Plusieurs couches se succèdent à partir du centre : roche, eau, air puis enfin une croûte extérieure en équilibre sur cet air. En revanche, quand les effets s'appliquent en sens inverse, lors par exemple d'une remontée suffisamment rapide, les matériaux mantelliques remontent (et donc se dépressurisent) plus vite que ne le permet l'équilibrage thermique par diffusion de la chaleur transportée : c'est ce que l'on appelle une remontée adiabatique. En 1936, Inge Lehmann découvre la « graine », cœur solide du noyau ; on différencie ainsi le noyau externe (liquide) et le noyau interne (solide)7. Ceci se produit à l'aplomb des dorsales à une profondeur d'environ 100 km. Toutes ces ondes sont désignées par des lettres différentes qu’on peut ensuite combiner au fur et à mesure de leur évolution (voir tableau ci-dessous). En 1909, il est prouvé qu'il existe une frontière entre la croûte et le manteau7. Elles sont très proches par leur composition de la nébuleuse gazeuse qui donna naissance au système solaire il y a environ 4,57 milliards d’années, et à la Terre il y a 4,45 milliards d’années. La structure de la Terre Chapitre 3 - Sciences de la vie et de la terre Quatrième Réviser. Chapitre 3 : la structure externe de la Terre. Dans le manteau inférieur, des cellules de convection du manteau (10) sont de la matière en mouvement lent. On peut aussi étudier le magnétisme terrestre, qui permet certaines déductions sur la structure interne d'une planète. La Terre n'est pas seulement la surface sur laquelle vivent les êtres vivants. La pression, qui est de 3,5 millions de bars (350 gigapascals), le maintient dans un état solide malgré une température supérieure à 6000 °C[4] et une densité d’environ 13. Celle-ci n'a pas pour le moment permis de mettre en évidence un effet dynamo dans une sphère en rotation lente, mais a montré la formation de colonnes de convection à certaines températures selon la viscosité des fluides et la vitesse de rotation. Le noyau interne est toujours un sujet actif de la recherche géologique. À la même époque que Descartes, Athanasius Kircher propose lui aussi que la Terre est un astre refroidi mais que, sous la croûte, il y a des roches en fusion (magma) qui s'échappent parfois par les volcans7 ; cette théorie est la plus juste de l'histoire la géologie dans le domaine de la structure de la Terre. La discontinuité de Gutenberg (13) marque la transition entre le manteau et le noyau. La Terre comprend la planète elle-même ainsi que la couche de gaz qui l'entoure. En 1644, René Descartes dans Les Principes de la philosophie présente la Terre comme un ancien soleil qui a gardé un noyau de type solaire, mais dont les couches externes ont évolué. Le noyau, qu'on distingue en noyau externe et interne, représente 15 % du volume terrestre. Chapitre 3 de la partie 1 : la structure externe de la terre. En 2013, des résultats convergents expliquent les écarts antérieurs, selon lesquels la température du noyau évoluerait de 3 800 °C à 5 500 °C selon la profondeur.[réf. Il y présente la Terre comme une ancienne étoile (comme le soleil) qui a gardé son noyau (toujours à des températures extrêmes et formé de matière solaire) mais dont les couches externes ont évolué et ressembleraient aujourd'hui aux taches visibles sur le soleil7. C’est la structure la plus chaude et aussi la plus dense de la Terre. La dernière modification de cette page a été faite le 17 janvier 2021 à 13:45. Elles contiennent des petites zones sphériques de silicates solidifiés après fusion, les chondres, dont le nom est à l’origine de l’appellation de ces météorites. Le manteau terrestre est moins « rigide » que les autres couches, sans pour autant en être liquide (comme pourraient le laisser penser les coulées de lave). Depuis l’Antiquité, beaucoup ont tenté d'expliquer la constitution interne de notre globe : des mathématiciens, des philosophes, des théologiens puis plus tardivement des naturalistes, des physiciens et des géologues. Les différentes couches se sont ensuite mises plus ou moins progressivement en place sous l'influence de divers paramètres physiques, comme la densité et la rhéologie des différentes phases constituant les matériaux premiers, ainsi que les affinités chimiques des éléments pour les diverses phases minérales, c'est-à-dire la différenciation chimique. La Terre, selon ses couches, présente plusieurs aspects : solide, liquide ou plastique1,2. d'après Agnès Dewaele du Commissariat à l’énergie atomique français(CEA) en collaboration avec les membres du Centre national français de la recherche scientifique (CNRS) et l’, Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America. Il existe des couches souterraines de la Terre, mais la planète possède aussi des couches. La mine la plus profonde du monde a atteint 3 500 mètres en Afrique du Suden 2002. L’appellation peut être allongée autant que nécessaire. Ces couches sont délimitées par des discontinuités, repérables grâce à la sismologie. En effet, leurs vitesses de propagation varient avec la rigidité du milieu traversé : plus la zone est rigide est rigide, plus la vitesse est grande (cf doc sur le réservoir magmatique). Pour lui, la Terre est constituée de terre et de roche entourée d’eau puis d’air. Cette convection est surtout thermique (refroidissement séculaire de la planète), et pour une plus faible partie due à la composition du noyau (séparation, démixtion des phases). Apprendre et s'entraîner. Les météorites carbonées CI, plus primitives, montrent du fer totalement oxydé. La plus grande profondeur atteinte par des spéléologues est de 2 000 mètres. C'est la technique de la sismographie (l'étude des séismes en direct). la discontinuité de Gutenberg, qui marque aussi un contraste important de densité, sépare le manteau et le noyau ; la discontinuité de Lehmann, quant à elle, se situe entre le noyau externe et le noyau interne. Les mouvements du noyau externe interagissent avec les mouvements de la Terre : principalement sa rotation quotidienne, mais aussi à plus longue échelle de temps sa précession. La limite inférieure de la lithosphère se trouve à une profondeur comprise entre 100 et 200 kilomètres, à la limite où les péridotites approchent de leur point de fusion. Les ondes de surface, qui causent les dégâts aux constructions humaines, ne se propagent que dans la croûte et ne donnent aucune information sur les couches profondes. La masse de la terre, M= 5,98.1024 kg, a été déterminée à partir de la force de gravitation qu’exerce la Terre sur un objet. Comme cette trajectoire dépend de la nature des matériaux rencontrés, elle nous permet de remonter à la structure interne de notre planète. Pour donner une idée, la viscosité du manteau pour la roche qui le compose est comparable à la viscosité de la glace (telle que celle qui s'écoule dans les glaciers) pour l'eau. Les autres sont connues par d'autres moyens, comme par une sorte d'écho lors des tremblements de terre. Ces plaques sont rigides et reposent sur l’asthénosphère qui l’est moins. Valeur de la profondeur d'une croûte continentale stable (, Valeur moyenne de la croûte océanique ; celle-ci peut être réduite à environ 7. Ce champ varie dans le temps. Philip C. England & Alan Bruce Thompson (1984), « Pressure—Temperature—Time Paths of Regional Metamorphism I. Puis, plus tard, des naturalistes, des physiciens et des géologues s'intéresseront à la structure de la Terre, et ce sont eux qui feront le plus avancer les connaissances dans ce domaine. Elle est plus épaisse que la croûte océanique (de 30 km à 100 km sous les massifs montagneux). En 1926, il est prouvé que ce noyau est liquide7. La plus grande profondeur atteinte par des spéléologues est de 2 000 mètres. Les fondements expérimentaux du modèle actuel, L'histoire des modèles : les progrès de la compréhension de la structure de la terre, « à 5 150 km de profondeur et 3,3 millions d’atmosphères de pression ». En suivant le principe que dès que la vitesse d'une onde sismique change brutalement et de façon importante, cela signifie qu'il y a changement de milieu, les différentes couches séparées par des discontinuités ont pu être établies. À cette époque, la définition du scientifique est très large : elle comprend des mathématiciens, des philosophes et même des théologiens. Les décennies suivantes sont consacrées à l'étude de la densité de chacune des couches7. envoyer mois tout les vidéo de ce Chapitre 3: structure externe de la Terre et mouvements des plaques lithosphériques sur mon compte émail kahoulmanel@hoamail.fr ainsi que le cours de le cours de répartition temporelle des séismes #3. joseph (mardi, 16 décembre 2014 18:15) En particulier, la nature et les propriétés exactes de la graine terrestre. Sa viscosité est estimée entre 1 et 100 fois celle de l’eau, sa température moyenne atteint 4 000 degrés Celsius et sa densité 10. En faite je demande si le liquide en fusion dans le noyau externe est du magma parce que sur certains sites internet, on dit que le magma qui sort des dorsales océaniques provient de milliers de km sous Terre (donc du noyau externe) alors que sur d'autres sites, on nous dit que le magma qui sort des dorsales provient juste de la LVZ, zone à 100km de profondeur. Au cours du XXe siècle, la tomographie sismique, gagnant en précision, permet de faire plusieurs découvertes essentielles. La graine du noyau de la Terre est-elle vraiment solide ? La croûte continentale (1) est solide, essentiellement granitique et surmontée par endroits de roches sédimentaires. Aristote (IVe siècle av. De hauteur variable au-dessus du niveau de la mer3, il en existe deux types : la croûte continentale (contenant du silicium et de l'aluminium), composée essentiellement de granite et très hétérogène2, et la croûte océanique (formée de silicium et de magnésium), plutôt constituée de basalte1. La LVZ n’est généralement pas présente sous les racines des massifs montagneux de la croûte continentale. Cette courte vidéo présente les différentes structures composant la Terre, de sa surface à son centre. Plus tard, les scientifiques font des expérimentations pour vérifier leurs hypothèses. Maurice Renard, Yves Lagabrielle, Erwan Martin, Marc de Rafelis Saint Sauveur, il s’est même inversé des centaines de fois, discontinuité entre le manteau inférieur et le noyau externe, Science; «Melting of Iron at Earth’s Inner Core Boundary Based on Fast X-ray Diffraction», http://petrology.oxfordjournals.org/content/25/4/894.short, Le site d’origine de cet article pour le voir avec toutes ses illustrations, International Earth and Reference System Service IERS, Institut de Physique du Globe de Paris - Notre Terre, Institut National des Sciences de l’Univers, Histoire de la découverte de la structure interne de la Terre au cours des siècles, Structure de la Terre dans un aquarium — Astronoo, Low velocity zone (lithosphère-asthénosphère), Portail des sciences de la Terre et de l’Univers, https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Structure_interne_de_la_Terre&oldid=178900308, Article contenant un appel à traduction en anglais, Article avec une section vide ou incomplète, Portail:Sciences de la Terre et de l'Univers/Articles liés, licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions, comment citer les auteurs et mentionner la licence. Celle-ci a permis de déterminer l'état de la matière à des profondeurs inaccessibles. La source d'énergie nécessaire à l'entretien de cette dynamo réside très probablement dans la chaleur latente de cristallisation de la graine. Une autre partie de la chaleur est issue de l'énergie dégagée lors de la formation de la planète. a. Révolution, rotation de la Terre, jours et saisons. Les températures ne peuvent être mesurées rigoureusement : elles sont approximatives, la marge d'erreur grandissant avec la profondeur. Seules les couches les moins profondes de la terre peuvent donc être explorées. Dans la suite de notre nouvel article Quelle est la structure de la Terre nous détaillerons chacune des couches que nous venons de mentionner ! Pour l'instant, aucun navire n’a encore réussi à forer jusqu’à la discontinuité de Mohorovičić. Il y en a 31 : L'intérieur de la Terre est donc constitué d'un certain nombre de couches superposées, qui se distinguent par leur état solide, liquide ou plastique, ainsi que par leur densité. Les forages ont permis de confirmer la composition de la croûte terrestre et la température atteinte en profondeur (environ 300 °C à 10 kilomètres de profondeur). L’interprétation des relevés sismographiques est donc ardue car s’y chevauchent les tracés de nombreux types d’ondes qu’il faut démêler et dont on doit expliquer l’origine. ... Compléter un texte sur la structure externe de la Terre; Exercice de connaissances : Compléter un texte sur les mouvements des plaques lithosphériques; La structure interne de la Terre désigne la répartition de l'intérieur de la Terre en enveloppes emboîtées : principalement la croûte terrestre, le manteau et le noyau, selon le modèle géologique actuel, qui s'efforce de décrire leurs propriétés et leurs comportements au cours des temps géologiques. Cette constitution se comprend en remontant à la formation de la Terre par accrétion de planétésimaux, dont les météorites primitives, ou chondrites, constituent la mémoire. Lorsqu’une onde P arrive non-perpendiculairement sur une zone de transition (interface manteau-noyau par exemple) une petite partie de son énergie est convertie dans une autre forme d’onde (une fraction de P devient alors S). Ce n'est qu'en 1881 que, pour la première fois, une explication sur ce sujet est juste : la croûte est solide, ce qui est dessous liquide, et ce qui est au centre, solide7. La structure interne de la Terre désigne la répartition de l'intérieur de la Terre en enveloppes emboîtées : principalement la croûte terrestre, le manteau et le noyau, selon le modèle géologique actuel, qui s'efforce de décrire leurs propriétés et leurs comportements au cours des temps géologiques. Comment savons-nous cela ? Problème 1 - Comment sont répartis les séismes et les volcans à la surf de la Terre ? À lui seul, le rayon du noyau équivaut à la moitié du rayon de la Terre. Cette énorme quantité de métal en fusion est brassée par convection. Un autre moyen d'exploration des profondeurs terrestres est le forage : on peut ainsi atteindre plus d'une dizaine de kilomètres sous la surface. Néanmoins, le manteau reste solide. Le noyau entier représente 17 % du volume terrestre1. Du XVIIe au XVIIIe siècle, plusieurs autres théories apparaissent : Toutes ces théories sont fausses et n'ont jamais été approuvées. Depuis Giordano et Galilée, les scientifiques savent que la Terre n'est pas plate, dès lors il est intéressant de s'intéresser à sa structure interne et de voir comment elle se compose. L’objectif des forages profonds est de mieux connaître la lithosphère et d’atteindre la zone de transition entre celle-ci et le manteau supérieur : le Moho. En 2005, la profondeur spectaculaire des –2 000 mètres est dépassée par des spéléologues à Krubera-Voronja (ex gouffre Voronja), dans le Caucase occidental (Abkhazie). Une zone de subduction (3) est une plaque qui s’enfonce dans le manteau, parfois jusqu’à plusieurs centaines de kilomètres. Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Un autre moyen d’étude est l’analyse des roc… Par exemple, une onde quasi verticale traversant le globe terrestre de part en part après avoir rebondi à la surface et être passée deux fois (à l’aller et au retour) par le noyau et la graine, et enfin réapparaissant à la surface, sera appelée PKIKPPKIKP. Dernière modification de cette page le 10 avril 2020 à 10:20. La température du noyau de la Terre réévaluée à l’ESRF, Histoire d'un mystère : l'intérieur de la Terre, https://fr.vikidia.org/w/index.php?title=Structure_de_la_Terre&oldid=1382642, Portail:Sciences de la Terre et de l'Univers/Pages liées, Creative Commons Attribution-Share Alike 3.0. Les savants de l'époque pensaient aussi que la Terre se tenait en équilibre dans un univers sphérique, qu'elle n'était composée que de terre et que l'air s'en échappant provoquait les tremblements de terre et les volcans7. Si ces forages ont permis de confirmer la structure et la composition de la croûte, ou de tracer des profils sismiques régionaux, ils ne dépassent pas la croûte terrestre, ce qui ne représente même pas la peau d'une orange mise à l'´échelle de la planète. La nature conductrice du fer permet le développement de courants électriques variables qui donnent naissance à des champs magnétiques, lesquels renforcent ces courants, créant ainsi un effet dynamo, en s’entretenant les uns les autres. La température, de plus en plus grande en profondeur, s'explique en partie par la radioactivité : 50 % de cette chaleur est en effet produite par la désintégration d'uranium, de thorium et de potassium. Au XVIIIe siècle, on passe des théories à la pratique. de Joël Sommeria, « La physique de la Terre », Belin CNRS Editions, 2000. Son hypothèse est fausse mais néanmoins convaincante pour les gens de l'époque. Par ailleurs, la variété des terrains explorés dans les mines est beaucoup plus importante que les étendues de roches sédimentaires parcourues par les spéléologues et les terrains exploités sont bien plus anciens. Le noyau est majoritairement composé de fer, mélangé avec un peu de nickel. Il représente 81 % du volume de la planète1. Le manteau supérieur (4) est moins visqueux et plus ductile que le manteau inférieur : les contraintes physiques qui y règnent le rendent en partie plastique. L’origine de cette température est encore incertaine : on ne sait s'il s'agit d'un reste de la chaleur originelle conservée dans un globe terrestre en cours de refroidissement, ou bien s'il y a pu avoir élévation de la température interne de la Terre par des phénomènes physiques ou chimiques exothermiques. La Terre tourne sur elle-même et c'est pour cela qu' elle n'est pas totalement sphérique, mais aplatie au niveau des pôles. Par la suite, les scientifiques débattent de la composition du noyau ; il est même proposé qu'il soit gazeux7. William Whiston suggère une Terre issue d'une ancienne comète. Guadeloupe (/ ˌ ɡ w ɑː d ə ˈ l uː p /, French: [ɡwad(ə)lup] (); Antillean Creole: Gwadloup) is an archipelago and overseas department and region of France in the Caribbean. En effet, aux profondeurs élevées du manteau, l'effet de pression (maintenant l'état solide) est plus important que l'effet de température (provoquant la fusion). Structure de la Terre Fiche ... La partie externe de la Terre est formée de plaques lithosphériques rigides reposant sur l’asthénosphère qui l’est moins. Activité 1a : L’organisation de la structure externe de la Terre On remarque que les seismes sont alignés sur Terre et que leur alignement correspond à l'aligenement des volcans. La surface de la Terre est appelée « croûte » ou « écorce ». Selon lui, ces couches sont nombreuses : à partir du centre, on trouve de la roche, de l'eau, de l'air puis enfin une croûte extérieure en équilibre sur cet air. Le peu d’influence des masses montagneuses sur la gravité locale tend ainsi à prouver que la Terre n’est pas creuse. Comprise dans l'asthénosphère, à la base de la lithosphère, se trouve une zone appelée LVZ (Low Velocity Zone) où on constate une diminution de la vitesse et une atténuation marquée des ondes sismiques P et S. Ce phénomène est dû à la fusion partielle des péridotites qui entraîne une plus grande fluidité. L'étude des neutrinos atmosphériques qui traversent la Terre permet d'en sonder les couches internes et ainsi d'en déduire la densité et la masse des différentes couches[17]. Au-delà de deux kilomètres, l'exploration indirecte est nécessaire. Par analogie, les ondes sismiques se "comportent" comme des rayons lumineux. Les vibrations qui se propagent ensuite à travers tout le globe sont pareillement enregistrées. L’observation des tremblements de terre et des ondes sismiques qu’ils produisent nous permet d’étudier la structure interne de notre planète. En observant en différents points du globe les vibrations créées par un tremblement de terre, il est possible de reconstruire la trajectoire que les ondes sismiques ont parcouru dans le globe. On sait qu'il est liquide. Cette valeur est cohérente avec celles obtenues par d'autres méthodes. Il existe deux types de croûte très différents, chacun avec ses propriétés physiques et chimiques distinctes. Cet article est partiellement ou en totalité issu de l'article intitulé «, René Dars « La géologie », Que sais-je, N° 525, PUF, 2000, Vincent Deparis et Hilaire Legros, « Voyage à l’intérieur de la Terre », CNRS Editions, Paris, 2000, Gabriel Gohau, « Une histoire de la géologie, Le Seuil, 1990, Maurice Krafft, « Les feux de la Terre », Gallimard, 1991, Henri Claude Nataf et s.d. La théorie d'Aristote concernant la structure interne de la planète restera jusqu'au XVIIe siècle. Au cours du XXe siècle, elle a permis d'entièrement revoir la vision qu'on avait du cœur de la planète et de définir les différentes densités des couches qui la composent1. Son modèle nécessite une partie centrale rigide pour expliquer la déformation due aux marées (14 jours de période)[18]. Ainsi une onde PP est une onde P qui, après avoir subi une réflexion à la surface du globe terrestre, est restée dans le manteau avant de réapparaître en surface où elle est détectée. Le noyau interne (9), aussi appelé graine, est une boule solide. Certains géologues incluent la LVZ dans la lithosphère. Certains de ces intellectuels ont cherché à coller à la vision du terrain (relief, volcans, tremblements de terre), d’autres ont voulu aussi incorporer à leur modèle une explication des textes bibliques (le déluge) ; l'exhaustivité de ce recensement est difficilement atteignable. •Les éléments les plus légers comme la Silice, l’Oxygène et l’Aluminium sont resté à la surface pour former le manteau et la croute. C'est relativement juste, mais il imagine ensuite une couche de feu (l'atmosphère), ce qui est faux ; à quelques kilomètres d'altitude, on trouve des gaz et des températures extrêmes (froid ou chaud), mais pas de feu. Le volcanisme de point chaud est produit par un panache de matière plus chaude (7) qui, partant de la limite avec le noyau, fond partiellement en arrivant près de la surface de la Terre. Le noyau externe est essentiellement constitué de fer et il atteint une température de 4000 °C 4, 3. À titre indicatif, elle varie d'entre 1100 °C à la base de la croûte continentale à probablement 5100 °C dans le noyau. Henri Gautier pense à une Terre totalement creuse où la fine croûte externe serait en équilibre entre gravité et force centrifuge. Un autre moyen d'exploration des profondeurs terrestres est le forage : on peut ainsi atteindre plus d'une dizaine de kilomètres sous la surface. Au IVe siècle avant Jésus-Christ, Aristote pense que la planète est constituée de terre et de roche entourées d'eau, puis d'air (le ciel). Du fait de sa fluidité, … Au XIXe, la mesure de l’augmentation régulière de la température avec la profondeur dans les mines (1 °C pour 25 mètres) incite Joseph Fourier et Louis Cordier à extrapoler et déduire que le centre de notre planète est en fusion à une température de plusieurs milliers de degrés. Ces météorites ont une taille bien trop faible pour être différenciées : leurs éléments y sont restés répartis de façon relativement homogène. Ainsi, en appliquant les lois de Snell-Descartes de réfraction on déduit qu'elles ne se déplacent pas toutes à la même vitesse suivant le milieu qu’elles traversent. La première peut être épaisse de 30 à 100 km, la seconde seulement de 5 km en moyenne4. Le manteau terrestre total représente 84 % du volume terrestre. En 1644, René Descartes publie un ouvrage intitulé Principes de philosophie. Le léger aplatisse… La chaleur interne de la Terre est produite par la radioactivité naturelle des roches par désintégration de l'uranium, du thorium et du potassium[10]. La discontinuité de Mohorovicic (14) marque la transition entre la croûte et le manteau. C'est généralement dans le manteau que se forme le magma. À la même époque, Athanasius Kircher postule lui aussi que le globe terrestre est un astre refroidi, mais qu'il contient sous la croûte une matière en fusion qui s’échappe parfois du centre par les volcans. Il est essentiellement composé de fer à 80-85 %, d'environ 10-12 % d'un élément léger non encore déterminé parmi le soufre, l'oxygène, le silicium et le carbone (ou un mélange des quatre)[2],[3], et enfin de l'ordre de 5 % de nickel. Les variations de la vitesse des ondes sismiques en profondeur permettent de distinguer la lithosphère de l’asthénosphère.